Livres, Ma p'tite vie au quotidien

J’ai lu: En as-tu vraiment besoin?

Ça faisait un bout que je n’avais pas fait un article sur un livre, alors voici un résumé du livre dont tout le monde parle (parlait): En as-tu vraiment besoin? de Pierre-Yves McSween. Pas vraiment une surprise de ma part lorsqu’on sait que j’aime parler d’économie d’argent, de budget, de « restrictions » pour se permettre de faire un peu ce que l’on veut, peu importe son budget. D’ailleurs, la phrase du livre qui résume bien le tout est la suivante:

Ce qu’on cherche avec l’épargne, ce n’est pas une retraite en Floride pour user sa peau prématurément. Non, ce qu’on cherche avant tout c’est un fond monétaire pour nous permettre de dire j’embarque, je démissionne, va te faire foutre, fais tes valises, on part à Paris maintenant! ou Carpe diem dans quelques années. Épargner, c’est se donner le choix d’avoir des choix.

Ça ne peut pas être plus vrai! Et c’est ce que j’aime dans le fait d’économiser. Ça me donne une liberté indescriptible! C’est certain qu’il y a toujours une certaine limite, mais au moins, ça laisse un monde de possibilités. Et une tonne de stress en moins! C’est ce que j’ai particulièrement apprécié de ce livre. Il nous ouvre les yeux sur des réalités dont on ne penserait pas toujours. Comme l’exemple d’aller manger au restaurant:

Le restaurant avec service coûte automatiquement 30 % trop cher sans même tenir compte de la marge brute le restaurateur.  En effet, comme les taxes totalise 14,975% et qu’un pourboire décent frôle les 15%, le client sait qu’il payera environ 30% de trop pour sa nourriture dès qu’il met le pied dans le commerce.

Soyez honnêtes, l’aviez-vous déjà réalisé? Si non, maintenant que vous le savez, est-ce que ça va vous siler à l’oreille la prochaine fois que vous songerez à aller manger au resto? Ce livre est rempli de « réalités » de ce genre. Cependant, je dois avouer que pour une personne comme moi, qui mettait déjà en pratique la très grande majorité de ses « réflexions », même si je n’ai pas appris grand chose de nouveau, j’étais contente de lire sur le sujet, venant d’une personne qui pense comme moi. Mais surtout, je suis contente de voir que son message circule abondamment grâce à ce livre! Car tout comme lui, je VEUX faire prendre conscience aux gens qu’ils sont capables de plus! D’arrêter de dépenser pour des niaiseries, d’arrêter de s’endetter… mais d’apprendre à vivre mieux, moins consommer, pour se permettre de rêver un peu ET réaliser certains de ses rêves!

Il y a d’autres sections du livre par contre avec lesquelles je suis moins en accord avec lui. Un peu concernant les voyages, les placements, les assurances, mais surtout concernant le choix de son emploi:

Le salarié. Voici le mangeur de bas traditionnel. Le salarié travaille fort, tricote dans les coins et finit par faire sa place. Quand on est un mangeur de bas les fabricants de fibres textiles sont gâtées. Tant qu’on accepte d’ingérer la substance, ceux-ci font fonctionner les métiers à tisser. (…) Certains font un triste constat à la fin de leurs études. Après avoir obtenu un baccalauréat et une maîtrise en ingestion de bas,  ils se plaignent parfois de recevoir un salaire minable ou très faible contenu de leurs études. Pourtant, on le sait, une maîtrise en bouffage de polyester mène directement la digestion de bas à long terme. (…) Quoi qu’il en soit, manger ses bas use la mâchoire et déshydrate le bonheur.

Être travailleur autonome, ce n’est pas pour tout le monde. Et ce n’est pas tout le monde qui peut réussir. Je trouve ça vraiment dommage, pour ne pas dire « dégradant » la façon dont il parle des salariés. Comme si le fait d’être un salarié empêchait le bonheur, l’épanouissement… D’ailleurs, je n’ai pas très bien saisi cette partie du livre, le lien avec en as-tu vraiment besoin? D’une job, d’un salaire? Heu Oui!

Alors, en as-tu vraiment besoin?

Du livre? Non. C’est pour cette raison que je l’ai emprunté à la bibliothèque du quartier. Mais ses conseils, en as-tu vraiment besoin? Moi je dis un gros « OUI ». Même si vous n’avez pas de problèmes d’argent, même si vous ne gagnez pas beaucoup de sous, même si vous êtes endettés… Ou cheap, comme moi! D’ailleurs, n’oubliez pas que j’ai déjà écrit quelques articles sur le sujet. C’est juste ici: Budgets, trucs et conseils.

Comme commentaire « global » la première moitié du livre environ était intéressante et je dévorais les pages. Plus j’avançais, moins je trouvais les sujets et sa réflexion intéressante. Presque redondant à certains moments. De toute façon, c’est comme dans n’importe quelle situation. Faut en prendre et en laisser! Mais ça se lit très bien, même pour ceux et celles qui ne s’intéressent pas vraiment à ce sujet!

Laisser un commentaire