Escapades, Ma p'tite vie au quotidien, Voyages

Centralia (Ghost town – Silent Hill)

Tout d’abord, je dois dire que je n’ai jamais compris le lien entre Centralia et le film de Silent Hill. À part le fait qu’à l’occasion, principalement au printemps et à l’automne, de la fumée s’échappe des nombreuses crevasses qu’on retrouve à certains endroits de la ville. Mais c’est tout. Aucune histoire d’horreur ne s’est déroulée dans cette ville, aucune légende étrange… Ce n’est qu’une ville abandonnée suite à un incendie (accidentelle) dans la mine de charbon souterraine qui s’étend sous la ville et qui brûle depuis 1962. Selon ce qu’on peut lire sur le sujet, ce feu s’étend sur 1,6 km2 et avance de 15 m par an. À ce rythme, le sous-sol de Centralia devrait brûler pendant encore près de 250 ans.

20160731_092101_resized

Ma mère et Fiston au loin…

Sur place, tout juste à côté du cimetière, on peut accéder à l’ancienne route 61 qui est maintenant condamnée. Ce qui est intéressant à voir, c’est qu’elle est complètement recouverte de graffitis. Sur des centaines et des centaines de mètres. Nous avons loooooongtemps marché dessus sans jamais voir la fin. C’est quand même spécial de voir ça, avec les grosses crevasses un peu partout. La ville se trouve entourée de montagnes ou flottent une brume presque de façon constante, ce qui donne un air encore plus lugubre lorsqu’on s’y rend. Il n’y a aucune indication pour s’y rendre, mais c’est quand même assez facile à trouver.

Le cimetière et « l’entrée » qui fait presque peur à voir les arbres en cercle avec les symboles

À partir de l’Interstate I-81, on prend la sortie 124-B (Frackville) et on suit tout le long la 61-N, en traversant des petits villages en chemin. Après 20 minutes, on voit le cimetière et vous pouvez vous stationner là. Malgré le manque total d’indication, il y a beaucoup de places pour les « touristes » car il y a quand même beaucoup de personnes qui vont marcher là. Par la suite, vous pouvez toujours aller vous promener dans les anciennes rues complètement abandonnées.

Laisser un commentaire